Jaeger Lecoultre

document extrait de
http://www.lacotedesmontres.com 

Vers 1120 • Premiers habitants permanents à la Vallée de Joux

Les moines tirent du lac leurs principaux moyens de subsistance. Dans cette vallée d’altitude, peu à peu ils défrichent quelques parcelles de la « Joux » : la forêt en ancien français.

Vers 1480 • Première forge à la Vallée de Joux
Fondé à partir des mines de fer locales, l’art du métal est à l’origine du développement économique de la Vallée. Il permet d’abord de fabriquer les outils aratoires nécessaires à l’agriculture. Petit à petit, la maîtrise des techniques de miniaturisation fait de cette région isolée et aride le centre mondial de l’horlogerie compliquée.

Vers 1559 • Arrivée de Pierre LeCoultre à la Vallée de Joux
Premier représentant de la famille LeCoultre en Suisse, Pierre LeCoultre (vers 1530-vers 1600) fuit les persécutions religieuses en France. Il quitte son village de Lisy-sur-Ourcq proche de Paris.
A la Vallée de Joux, il met en valeur des terres vierges, exploite les ressources forestières et consacre les dernières années de sa vie à l’enseignement de la religion et de la culture générale.
Depuis le XVIème siècle, la famille LeCoultre joue un rôle prépondérant dans le développement politique et économique de toute la région.

Vers 1730 • Fondation de la forge des LeCoultre
Abraham-Joseph LeCoultre (1711-1776), maréchal ferrant, agriculteur et apiculteur fonde la forge de laquelle naîtra la manufacture Jaeger-LeCoultre.

Dès 1740 • Introduction de l’horlogerie et de l’art du lapidaire à la Vallée de Joux
Rapidement, les Combiers (habitants de la Vallée de Joux) se spécialisent dans la fabrication des mouvements bruts, des cadrans et des pignons qu’ils livrent à Genève. Ils consacrent leurs longues soirées d’hiver à l’élaboration des mécanismes de sonnerie et deviennent bientôt maîtres incontestés de toutes les complications horlogères.
Parallèlement, l’art du lapidaire se développe. Les Combiers fabriquent des rubis d’horlogerie qui assurent la précision des montres. Ils cisèlent des diamants qui ornent les plus beaux garde-temps.

1833 • Fondation de la Manufacture
Horloger autodidacte formé à la forge de son père, inventeur de génie, pionnier de la technique, Antoine LeCoultre (1803-1881) fonde la Manufacture à l’âge de 30 ans, grâce à son outil révolutionnaire à fabriquer les pignons d’horlogerie.
A l’origine, son atelier compte quatre employés. Il prospère rapidement. Antoine LeCoultre s’associe à son frère Ulysse et construit le premier bâtiment à partir duquel toute la Manufacture se développera.
Ses inventions feront progresser l’horlogerie entière.1844 • Invention du Millionomètre
Antoine LeCoultre invente l’outil de mesure le plus précis de son temps. Le millionomètre est le premier instrument capable de mesurer le millième de millimètre.
Utilisé jusqu’au début du XXème siècle, il assure aux garde-temps fabriqués par la Manufacture une finition et une fiabilité extraordinaires.1845 • Amélioration de la route qui traverse le col du Marchairuz pour relier Genève à la Vallée de Joux. Depuis un siècle, à chaque printemps, les horlogers de la vallée empruntent ce mauvais chemin à ornières pour vendre dans la cité lémanique leurs précieux mécanismes fabriqués durant l’hiver.1847 • Invention du remontoir à bascule
Antoine LeCoultre fabrique un système révolutionnaire qui rend caduque l’utilisation de la clef pour remonter sa montre et la mettre à l’heure. Une seule couronne, dite « à bascule », cumule ces deux fonctions.
Aujourd’hui, presque toutes les montres mécaniques comportent un tel système.1851 • Médaille d’or à l’Exposition Universelle de Londres
Lors de la toute première Exposition Universelle en 1851 qui marque l’entrée dans la modernité, Antoine LeCoultre remporte une médaille d’or qui récompense un chronomètre en or, de même que ses nombreux travaux : remontoir à bascule, procédés de fabrication avant-gardistes, excellence des composants favorisant l’interchangeabilité.
Dès lors, la Manufacture recevra les plus prestigieuses distinctions.1858 • Elie LeCoultre seconde son père Antoine
Horloger et inventeur comme son père, Elie LeCoultre (1842-1917) entre à la Manufacture à l’âge de 16 ans.
Pionnier de l’industrie, créateur de nombreux calibres compliqués, promoteur des nouveaux procédés de fabrication, c’est lui qui transformera le petit atelier familial en la toute première manufacture de la Vallée de Joux.1860 • La table d’Antoine LeCoultre compte à chaque repas une soixantaine d’employés.1867 • LeCoultre devient la première manufacture de la Vallée de Joux
Installé dans un vaste bâtiment inauguré l’année précédente, l’atelier familial devient la première véritable manufacture de la Vallée de Joux. Sous un même toit, pour la première fois, les horlogers mettent en commun leurs multiples savoir-faire pour inventer de nouveaux mécanismes.
Les nouvelles méthodes de production assurent l’excellence technique et la variété des créations : calibres de 9 à 20 lignes avec répétition à quart et minutes, chronographes, rattrapantes, etc.
Depuis lors, la Manufacture est le cœur économique et la locomotive de toute l’horlogerie à la Vallée de Joux.1874 • Un nouveau bâtiment relie les deux précédents. La Manufacture emploie plus de deux cents personnes.1877 • Antoine LeCoultre cède ses parts à ses trois fils qui rebaptisent la maison : LeCoultre & Cie.

1879 • La Société des Glacières de la Vallée de Joux commence l’exploitation de la glace du lac. Sciée et stockée en hiver, elle alimentera les cafés lémaniques et parisiens en été.
Après la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise cèdera le pas aux réfrigérateurs.

1880 • Fondation de Jaeger à Paris
Edmond Jaeger (1858-1922), grand horloger français, avait quitté son Alsace natale en 1873, suite à la guerre franco-prussienne. Il fonde sa société à Paris en 1880.
Horloger de la Marine française, il consacrera sa vie à développer les mécanismes de mesure des vitesses: chronographes, tachymètres, cinémomètres et compteurs destinés à l’aviation.

1881 • Décès d’Antoine LeCoultre après une dernière invention
Zélie LeCoultre, épouse d’Antoine raconte dans ses mémoires : « Toutes les soirées d’un hiver et bien d’autres furent consacrées à la fabrication des fraises aux dentures ; il connaissait celles du couteau, mais il voulait aussi en faire à petites dents ; il créa une machine spéciale à cet usage et en fit un certain nombre, mais la machine construite entièrement par lui manquait de justesse. C’est incroyable ce qu’il a dépensé de patience et de travail pour y arriver, mais il y est parvenu. A cet âge, un travail aussi assidu était nuisible à sa santé, un engorgement de la face lui fut funeste. Le 26 avril 1881, ce cher mari me fut enlevé à l’âge de 78 ans et 10 jours. »

1883 • Bien avant l’électrification des villes, la Manufacture adopte la lumière électrique dans ses ateliers. L’énergie est puisée dans une modeste machine à vapeur alimentée par la tourbe locale.

1886 • Le chemin de fer à vapeur relie le monde à la Vallée de Joux.

1888 • Construction d’un nouvel édifice
Les nouveaux ateliers accentuent la spécialisation de la Manufacture dans le domaine des complications horlogères.

1890 • La Manufacture fabrique 156 calibres
En 1890, quelque 500 employés créent une gamme exceptionnelle de 125 calibres simples et 31 calibres parmi les plus compliqués.

1900 • Jacques-David LeCoultre dirige la fabrication
Fils d’Elie LeCoultre, Jacques-David LeCoultre (1875-1948) prend la direction de la fabrication horlogère après trois ans passés dans les ateliers en qualité d’horloger. Ce passionné de sport, de musique et de théâtre sera directeur général de LeCoultre & Cie de 1906 à sa disparition en 1948.
Homme d’une puissance de travail prodigieuse, horloger de talent, entrepreneur de génie, c’est lui qui donnera à la Manufacture sa dimension internationale.

1902 • Relations avec la maison Patek & Philippe
Depuis 1902 et durant 30 ans, LeCoultre & Cie créera et fabriquera la majorité des ébauches de Patek & Philippe à Genève.

Création d’un atelier de pierres fines et de sertissage
Pour orner les garde-temps joailliers, un nouvel atelier accueille les savoir-faire d’un tailleur de diamants et d’un sertisseur.
Des artisans spécialisés y fabriquent également des rubis d’horlogerie. Ces composants réduisent le frottement des pivots et garantissent la plus grande longévité aux mouvements LeCoultre & Cie.

1903 • Jacques-David LeCoultre rencontre Edmond Jaeger
Informé du projet d’Edmond Jaeger de fabriquer des montres extra-plates, Jacques-David LeCoultre décide de relever le défi. Il enfourche sa bicyclette et parcoure les 20 kilomètres qui séparent la Manufacture du premier téléphone pour appeler Paris.
De la collaboration, puis de l’amitié des deux hommes naîtront de multiples créations exceptionnelles, de même que la marque Jaeger-LeCoultre.

1907 • Client d’Edmond Jaeger depuis plusieurs années, Cartier signe un contrat d’exclusivité avec l’horloger parisien. Par l’intermédiaire de Jaeger, LeCoultre & Cie sera l’artisan des créations horlogères du célèbre joaillier.

Mouvement le plus plat du monde
Maître incontesté des calibres extra-plats depuis 1903, la Manufacture crée le mouvement de montre de poche à remontoir le plus plat du monde: 1,38 mm de hauteur pour un diamètre de 39,54 mm. Un record toujours inégalé dans le monde de la Belle Horlogerie traditionnelle.
D’autres mouvements compliqués d’une finesse vertigineuse accompagnent ce développement: chronographe de 2,8 mm de hauteur, répétition minute de 3,2 mm de hauteur !

1912 • Extension de la Manufacture
Nouvelle étape dans l’intégration de tous les savoir-faire horlogers sous un même toit, ce nouveau bâtiment devient le nouveau noyau architectural de la Manufacture.

Dès 1915 • Aéronautique et automobile
Depuis 1915, trois hommes d’exception mettent en commun leur dynamisme pour créer des instruments destinés aux pionniers de l’aéronautique et de l’automobile. Ce sont Jacques-David LeCoultre, Edmond Jaeger et Edmond Audemars (1882-1970). Ami d’enfance de Jacques-David LeCoultre, ce dernier est champion de cyclisme, premier aviateur à avoir relié Paris à Berlin, et futur légataire testamentaire de Roland Garros. Avec 6120 m, il vient de pulvériser le record de vol en altitude. Malgré les couches d’habits, ses pieds avaient manqué de geler.
Fabriqués en partie à la Vallée de Joux, signés Jaeger, les compteurs, chronographes, montres 8 jours, pilotes automatiques, et autres goniomètres équipent les aviations alliées durant la Première Guerre mondiale, puis les automobiles les plus prestigieuses de l’Après-guerre.

1925 • Invention de la montre Duoplan
Concept révolutionnaire, le Calibre Duoplan est composé de deux plans superposés qui permettent de faire entrer un grand mouvement horloger dans une petite boîte.
D’une fiabilité exceptionnelle, la Duoplan est garantie par la société d’assurance Lloyds à Londres. Un système novateur de service après-vente permet de remplacer le mouvement de la montre en un clin d’œil.

1926 • Dans la continuité des montres pour automobiles, création au Sentier d’un atelier de pendulettes 8 jours.

1927 • Agrandissement
La création des montres-bracelets Duoplan (1925), Reverso (1931), puis Uniplan (1932) exige toujours davantage d’espace.

1928 • Invention de la pendule Atmos
Après plusieurs années de recherche et un premier brevet déposé en 1926, l’inventeur suisse Jean-Léon Reutter (1899-1971) touche du doigt un vieux rêve de l’humanité: le mouvement perpétuel. En 1928, il présente les premiers prototypes d’une pendule qui puise son énergie dans les plus infimes variations atmosphériques.
C’est grâce à son ami César de Trey (1876-1953), qui allait contribuer à la création de la Reverso, que Jacques-David LeCoultre découvre la fascinante pendule éternelle. Après un examen détaillé de son mécanisme, il constate que seul le meilleur des horlogers pourra relever ce défi technique. Conviction partagée par Jean-Léon Reutter.
Entièrement fabriquée par la Manufacture depuis 1936, l’Atmos est devenue une véritable légende. Son prestige en fait le cadeau officiel de la Confédération suisse.

1929 • Mouvement le plus petit du monde
En dépit de la crise de 1929, la Manufacture déploie une créativité exceptionnelle.
Le concept génial du Calibre Duoplan est l’occasion pour les horlogers de la Manufacture de relever un nouveau défi. Ils tutoient l’impossible en créant la montre mécanique la plus petite du monde. La première version du Calibre 101 pèse à peine 1 gramme et se compose de 74 pièces.
La reine Elisabeth II en portera un exemplaire lors de son couronnement en 1953.

1931 • Montre-bracelet 8 jours, double barillet
En 1928, La Manufacture fut l’une des premières et l’une des seules à relever le défi de la montre-bracelet avec réserve de marche de 8 jours.
En 1931, LeCoultre & Cie crée le Calibre rectangulaire 124, 8 jours, double barillet. Ce calibre d’exception préfigure la ligne Grande Reverso.

1931 • Naissance de la montre Reverso
En Inde, après un match de polo, des officiers britanniques mettent leur ami César de Trey au défi de créer une montre capable de résister aux chocs de leur sport favori. De retour en Europe, l’homme d’affaires expose le problème à Jacques-David LeCoultre qui crée la montre Reverso en collaboration avec la maison Jaeger.
Dessinée à Paris par René-Alfred Chauvot, brevetée le 4 mars 1931, la Reverso synthétise toutes les valeurs de l’Art déco: universalisme, esthétique sobre jouant avec les formes fondamentales, attachement au travail de la main, goût du jeu et de la fête.

1932 • Pendulette baguette
Evoquant par sa forme le pendule d’une horloge ancienne, le mouvement baguette 8 jours s’offre au regard à travers un cabinet transparent.

1937 • Naissance officielle de la marque Jaeger-LeCoultre
Les maisons Jaeger à Paris et LeCoultre au Sentier officialisent leur longue collaboration. Désormais, les montres de la Manufacture porteront la marque Jaeger-LeCoultre (auparavant LeCoultre ou Jaeger).
Un superbe quantième perpétuel rectangulaire pour montre-bracelet célèbre la naissance officielle de Jaeger-LeCoultre.

1938 • Appareil photo miniature Compass
Très apprécié des espions, l’appareil photographique miniature Compass de Jaeger-LeCoultre est une pure merveille de belle mécanique.

Dès 1941 Jacques-David LeCoultre décide de faire valoir la maîtrise technique de la Manufacture lors des concours d’observatoire. Jaeger-LeCoultre remporte immédiatement les plus hautes distinctions, notamment à l’Observatoire de Neuchâtel avec le Calibre Jaeger-LeCoultre 170 tourbillon.

1943 • La Manufacture compte plus de sept cents employés. Huit d’entre eux y travaillent depuis plus de 40 ans. Trois depuis 60 ans !

1946 • Première montre automatique Jaeger-LeCoultre
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’esprit est à la reconstruction, à l’efficacité et au pragmatisme. Jaeger-LeCoultre oriente son génie inventif dans le domaine des garde-temps ronds automatiques, précurseurs de la ligne Master Control. Le premier né est doté du Calibre Jaeger-LeCoultre 476.

1950 • Naissance de la Memovox
Symbole du temps organisé et efficace des Trente Glorieuses, la Memovox, littéralement « voix de la mémoire » s’impose immédiatement comme la montre par excellence de l’homme actif. Sa sonnerie rythme les échéances de la vie quotidienne: réveil, rendez-vous, horaires de train ou parcmètres.
Les premières Memovox sont à remontage manuel, Calibre Jaeger-LeCoultre 489 et 814 (avec date). Grâce à leur qualité exceptionnelle, la carrière des Calibres Memovox se poursuit aujourd’hui: une longévité hors du commun dans le monde horloger.

1953 • Futurematic
Jaeger-LeCoultre invente la première montre 100% automatique dépourvue de couronne de remontoir. Son mouvement conserve toujours une réserve de marche suffisante pour repartir avec une précision sans faille, même après un long temps d’arrêt.

1955 • Pour accueillir les nouvelles spécialités de la Manufacture, trois bâtiments s’ajoutent aux cinq bâtisses existantes.

1956 • Première montre-bracelet automatique avec réveil
La Memovox automatique est une première mondiale. Fabriquée de 1956 à 1968, elle est équipée du Calibre Jaeger-LeCoultre 815 Jaeger-LeCoultre, mouvement mécanique à remontage automatique, 17 rubis, 18’000 a/h, réveil.

1958 • Chronomètre Geophysic
En 1958, Jaeger-LeCoultre prend part à l’extraordinaire aventure de l’Année Géophysique Internationale en créant un modèle résistant à toutes les épreuves: anti-magnétique, anti-chocs, étanche et d’une très grande précision.
Muni du Calibre Jaeger-LeCoultre 478b, le chronomètre Geophysic acquiert un immense prestige. Ainsi, lorsqu’un groupe de citoyens genevois décide d’honorer les exploits des premiers sous-marins atomiques qui viennent de passer sous le pôle Nord, ils remettent aux commandants du Nautilus et du Skate un chronomètre Geophysic en or, gravé pour l’occasion.
Dès 1962, une nouvelle version est dotée d’un mécanisme de remontage automatique. Son nom : le chronomètre Geomatic.

1958 • La Manufacture compte près de huit cents personnes.

1962 • Calibre 838 extra-plat
Appartenant à la haute aristocratie des mouvements horlogers, ce calibre breveté est le plus plat muni d’un dispositif anti-chocs. Epaisseur: 1,85 mm.
Descendant direct de cette petite merveille, l’actuel Calibre Jaeger-LeCoultre 849 équipe la Master Ultra Thin.

1967 • Jaeger-LeCoultre collabore à la création de la première montre-bracelet à quartz de l’histoire horlogère. La Bêta 2 rafle tous les prix d’Observatoire dans la catégorie des chronomètres.

1972 • Agrandissement
Un nouveau bâtiment est consacré à la fabrication de la pendule perpétuelle Atmos.1981-1983 • Feu d’artifice de records dans les calibres quartz

En 1981, le Calibre Jaeger-LeCoultre 606 avec quantième et seconde au centre est le plus plat de sa catégorie. L’année suivante, le 601 conquiert le titre du plus plat du monde avec 1,8 mm de hauteur pour un diamètre de 11,7 mm.

En 1982, Jaeger-LeCoultre bat son propre record avec le Calibre 608 : 1,6 mm d’épaisseur !

1983 • Calibre 889
Parallèlement au quartz, la Manufacture perpétue la passion de la plus belle horlogerie mécanique. Le Calibre Jaeger-LeCoultre 889 à remontage automatique, haute fréquence, quantième sautant en est un exemple lumineux.
En 1992, c’est lui qui équipera la toute première montre victorieuse du contrôle Master 1000 Hours.

1989 • Grand Réveil
Superlatif des Calibres Memovox, le Grand Réveil réalise la prouesse d’intégrer une grande complication dans l’espace très réduit d’une montre-bracelet.
Le Calibre Jaeger-LeCoultre 919 automatique à haute fréquence ne comporte pas moins de 350 pièces, un quantième perpétuel avec phases de lune et réveil. Il fait doucement retentir sa sonnerie sur cloche d’airain.
Digne fille du Grand Réveil, la Master Grande Memovox est créée en l’an 2000.1990 • Géographique
Tout le génie de la Manufacture a été nécessaire pour créer le Calibre Jaeger-LeCoultre 929 automatique, 24 fuseaux horaires, indicateur jour-nuit, réserve de marche et haute fréquence du balancier.
La Géographique est une subtile invitation au voyage. Ses fuseaux horaires invitent à s’échapper un instant, à se projeter dans l’espace : à toucher du doigt la rotondité de la terre.

1991 • Exposition Voyage au centre du temps
Pour célébrer les 60 ans de la Reverso, la Manufacture crée un pavillon itinérant qui aborde l’histoire de l’horlogerie dans l’espace 700 fois agrandi d’une Reverso.

Reverso 60ème
La Reverso 60ème inaugure la saga des Reverso compliquées en Séries limitées. Dans un boîtier de grande taille en or rose, elle renferme sous son cadran guilloché dans l’argent massif, le Calibre Jaeger-LeCoultre 824 manuel muni d’une réserve de marche.

Dès lors, les exploits se succèdent. La Reverso accueille un tourbillon en 1993, une répétition minutes en 1994, un chronographe rétrograde en 1996, un mécanisme de fuseaux horaire en 1998, et un quantième perpétuel en l’an 2000.
1992 • Master 1000 Hours
D’une rigueur sans équivalent, la batterie de tests du contrôle Master 1000 Hours assure une fiabilité et une précision exceptionnelles à la première Master Control.
Dès lors toutes les montres rondes Jaeger-LeCoultre devront satisfaire aux exigences de ces 1000 heures de tests qui créent une nouvelle référence de qualité horlogère.
1994 • Reverso Duoface
Sur la nappe d’un petit restaurant de la Vallée de Joux, naît un nouveau concept pour la Reverso.
Et si la célèbre montre offrait deux visages horlogers ? Le rêve est incarné dans le Calibre Jaeger-LeCoultre 854 qui indique le temps d’ici sur le recto, et celui d’ailleurs sur le verso.
Trois ans plus tard, la Reverso féminine se pare elle-même de deux visages, l’un diurne, l’autre nocturne. La Reverso Duetto joue avec les temps, avec l’apparence et avec la personnalité.

1997 • Agrandissement
La fantastique créativité de la Manufacture en matière de montres-bracelets compliquées requiert de nouveaux ateliers vastes et lumineux.

1999 • L’Atmos du Millénaire dans le désert
Au cœur du Sinaï, dans le monastère de Sainte-Catherine, lieu de culture hors du temps, l’Atmos du Millénaire scande le temps éternel.
Sur son cadran gradué jusqu’en l’an 3000, la pendule perpétuelle indique les années, les mois, les phases de lune et, petite concession au monde séculaire, les heures et les minutes.

2002 • Master Compressor Memovox
Son style s’inspire de la Memovox de plongée de 1965. Elle porte le sceau du chronomètre Geophysic de 1958. Et son Calibre Jaeger-LeCoultre 918 descend directement du 815 de 1956. La Master Compressor Memovox couronne les exploits de ses aînées.
Avec ses clés de compression révolutionnaires, elle inaugure la ligne Master Compressor

Reverso Neva
Pour la Reverso Neva, la Manufacture Jaeger-LeCoultre invente une nouvelle technique de Haute Joaillerie: le sertissage neige. Les diamants glissent et ondulent à l’infini comme les vagues du célèbre fleuve de Saint Petersbourg, la Neva.

Reverso Septantième
Pour célébrer son entrée dans sa huitième décennie, la Reverso ouvre un nouveau chapitre avec le Calibre Jaeger-LeCoultre 879.
Sa réserve de marche de 8 jours, obtenue grâce à un système de double barillet couplé, impose une nouvelle norme dans la catégorie des montres-bracelets 8 jours. La Reverso Septantième résonne comme le prélude à la nouvelle ligne Grande Reverso.

2003 • Master Antoine LeCoultre
Pour célébrer les 200 ans de la naissance de son fondateur, la Manufacture crée 200 garde-temps exclusifs qui portent sa signature gravée sur le mouvement et le boîtier.
Digne du célèbre inventeur, le Calibre Jaeger-LeCoultre 877 contient une réserve de marche de 8 jours à double barillet et une grande date.Reverso Platinum Number Two
Sobre et distinguée, la seconde Reverso en platine dévoile la magie du tourbillon sur son verso entier. Fidèle au sens de la symétrie de l’Art déco, le Calibre Jaeger-LeCoultre 848 invente un nouveau motif de décoration: les Côtes Soleillées.

Atmos Mystérieuse
Digne des plus géniales inventions de la Manufacture, les 75 Atmos Mystérieuse ne dévoileront leurs secrets qu’aux esprits les plus avisés et les plus astucieux.

Exposition « Anachronisme, le jeu des temps »
100 ans après la rencontre d’Edmond Jaeger et Jacques-David LeCoultre, la Manufacture inaugure à Paris une exposition itinérante avant-gardiste qui met en lumière les dimensions symboliques de la montre mécanique.
*Les  » Trente Glorieuses » décrivent la période d’essor économique et démographique continu et sans précédent qui suit la Seconde Guerre mondiale et qui se termine avec la première crise pétrolière de 1973. Elle dure une trentaine d’années.